Atelier réalisation et découverte du CINÉMA ARGENTIQUE

Mardi 13 juillet, au Parco Pointer, de 15 heures à 17 heures, nous avons proposé un atelier de découverte du cinéma argentique.

Cet atelier est mené dans le cadre du Ciné-club itinérant que nous avons proposé aux habitants des quartiers d’Auray, en 2021. Il est le troisième d’une série de 3 menés en partenariat avec La Fabrique du Sensible et financés dans le cadre de la Politique de la Ville d’Auray.

Ce mardi nous sommes accompagnées par Léna Pradelle. Elle est monteuse et très investie dans la médiation et la diffusion culturelle. Elle a aménagée une camionnette en salle de projection itinérante qu’elle installe ce jour-ci au Parco Pointer. Nous avons conçu et encadré cet atelier conjointement avec Léna, et avec Gaëlle, artiste plasticienne de la Fabrique du Sensible.

Découverte des films super 8 en camionnette

Dans un premier temps, nous proposons aux habitant·es de découvrir le cinéma argentique, en projetant des films au format Super 8 dans la camionnette. Les enfants sont fascinés par le projecteur et par les aventures de Tarzan et de Zorro qu’il projette en muet sur un drap blanc tendu dans le camion.

Cette occasion nous permet d’expliquer aux participant·es le fonctionnement de la projection cinématographique argentique.

Réalisation d’un film en 35 mm

Après cette découverte (ou redécouverte, selon l’âge des participant·es) nous les invitons à réaliser un film en argentique, collectif et expérimental :

Nous avons préparé une série de bandes argentiques (en 35 mm) d’une seconde (équivalant à une suite de 24 images).

La plasticienne de l’association La fabrique du Sensible a proposé aux enfants d’intervenir sur les images imprimées sur les bandes : soit en rajoutant de la matière (comme de la peinture, du feutre, de l’encre), soit en enlevant de la matière (en grattant les bandes à l’aide d’une plume). Les participants ont travaillés sur des tables lumineuses, objets indispensables pour découvrir l’image imprimée sur la bande et pouvoir intervenir sur celle-ci.

Chaque enfant a pu réaliser une ou plusieurs bandes et expérimenter différentes techniques proposées.

Le montage argentique :

Nous sommes ensuite passé au montage du film :

Le cinéma Ti Hanok nous avait prêté son ancienne colleuse. Grâce à celle-ci, nous avons pu assembler les bandes les unes après les autres. Le montage a été réalisé en groupe. Le film a pris une forme expérimentale dans le sens où il était difficile de raconter une histoire « classique » avec les éléments que nous avions. Nous avons donc invité les participant·es à choisir ensemble l’agencement des images en étant attentifs au rythme des couleurs, de la matière, de l’esthétique créés sur chacune des bandes.

Le montage numérique

A la suite de l’atelier, Léna a numérisé toutes les images du montage final. Avec celles-ci, elle a réalisé le montage numérique du film sur lequel elle a ajouté des sons enregistrés pendant l’atelier, le titre et le générique de fin !

Voici le film : Un hérisson en voyage

Un hérisson en voyage, un film collectif